For the record: Voices from the conference List of speakers

Les manifestations parallèles : XXXIIIe Conférence internationale

Les manifestations parallèles

Événements à petite échelle qui ne font pas partie de l’ordre du jour formel de la Conférence, les manifestations parallèles peuvent notamment prendre la forme d’ateliers, de débats ou de tables rondes. Elles complètent les travaux officiels en offrant aux participants un cadre pour avoir des échanges informels, développer leur réseau, présenter des exemples de réussites dans le domaine humanitaire, tester des idées, trouver de nouveaux partenaires et apprendre et s’inspirer les uns des autres. Les manifestations parallèles doivent se rapporter à au moins un thème ou sous-thème de la Conférence. Elles doivent être interactives, pratiques, pragmatiques et axées sur des moyens innovants de relever les défis humanitaires.

Bien que les manifestations parallèles ne soient pas soumises aux obligations statutaires ni aux règles de procédure du Mouvement, les participants doivent s’abstenir de toute controverse d’ordre politique, racial, religieux ou idéologique, et les discussions ne doivent pas aller à l’encontre des Principes fondamentaux du Mouvement (humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité).

  • LUNDI 9 DÉCEMBRE, 15h00-16h00

    Protéger ensemble : une approche de la protection à l’échelle du Mouvement
    Lieu : Salle Vevey et Espace Rivera
    Langue : anglais
    Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont toujours plus actives dans le domaine de la protection. Il est donc nécessaire de définir une approche qui prenne en compte non seulement les mandats, les domaines de compétence et les expériences de chacun, mais aussi la diversité des risques en matière de protection.
    Compte tenu de la responsabilité qui incombe aux autorités en matière de protection, les relations que nous entretenons avec elles sont primordiales. Aussi, notre impact, notre pertinence et notre efficacité seront renforcés par une conception commune basée sur une analyse globale des risques susceptibles de se présenter selon le contexte.
    Objectif : mieux comprendre les rôles actuels et potentiels des acteurs du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en matière de protection et les possibilités de collaboration avec les pouvoirs publics dans ce domaine.
    • Mettre en évidence les rôles actuels et potentiels des acteurs du Mouvement dans le domaine de la protection et examiner les moyens d’améliorer l’action que nous menons pour répondre aux besoins de protection.
    • Analyser les possibilités de collaboration et de complémentarité entre les acteurs du Mouvement dans leur action en matière de protection.
    • Mieux comprendre le rôle des États en tant que facilitateurs des efforts menés par les acteurs du Mouvement et celui des Sociétés nationales en tant qu’auxiliaires des gouvernements, et définir comment de meilleurs résultats peuvent être obtenus en matière de protection grâce à la coopération, à l’accès aux personnes ayant besoin de protection et à une meilleure connaissance du rôle du Mouvement.
    Les conclusions de cette manifestation parallèle alimenteront les travaux du Comité consultatif en matière de protection (qui est constitué de sept Sociétés nationales, du Comité international de la Croix-Rouge et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge) pour élaborer une approche de la protection à l’échelle du Mouvement.
    Organisateurs : Comité consultatif en matière de protection

    Les capacités communautaires dans le cadre des événements entraînant un grand nombre de victimes
    Lieu : Salle Nyon
    Langue : anglais
    Les événements entraînant un grand nombre de victimes (Mass Casualty Incidents – MCI) sont l’une des situations d’urgence auxquelles les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont le Magen David Adom d’Israël, sont de plus en plus souvent confrontées. Il s’agit pour la plupart de catastrophes naturelles et d’actes de violence. La capacité des communautés à réagir efficacement dans les premières minutes suivant l’événement est l’un des facteurs les plus importants pour en réduire l’impact et sauver des vies. Cette manifestation parallèle prendra la forme d’une petite formation, dispensée en plusieurs langues, lors de laquelle les participants apprendront comment nous pouvons tous réagir rapidement et sauver des vies avec les moyens du bord… Aucune expérience particulière ou formation préalable n’est requise. Les participants doivent simplement avoir la volonté d’agir et d’être actifs pendant la réunion. Riches de ce qu’ils auront appris, ils pourront ensuite aider leurs communautés à être mieux préparées à ce type d’événements.
    Organisateurs : Croix-Rouge équatorienne, Croix-Rouge philippine, Magen David Adom d’Israël et Croix-Rouge américaine

    Relations entre les Sociétés nationales et les organismes militaires
    Lieu : Salle Lausanne
    Description : S.O.

    Encourager la protection de l’emblème et la législation nationale concernant son utilisation
    Lieu : Salle 15
    Langues : anglais, arabe
    Lors de cette manifestation parallèle, des représentants de gouvernements arabes et des dirigeants de Sociétés nationales examineront ensemble des questions relatives à l’emblème, à son importance et à la réglementation concernant son usage.
    Les résultats de l’enquête menée en octobre dans la plupart des pays arabes seront présentés. Il sera question de la législation nationale concernant l’usage de l’emblème, des utilisations abusives de ce dernier et de l’organe chargé de surveiller son exploitation. Chaque question sera suivie d’une proposition d’action ou d’une recommandation qui sera discutée avec le public. Des expériences concrètes relatant des stratégies efficaces ainsi que des plans d’action pour le futur seront présentés. Les conseillers juridiques arabes assureront le suivi et feront rapport sur les progrès accomplis lors de la réunion annuelle des conseillers juridiques.
    Organisateur : Organisation des Sociétés arabes du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge

    Améliorer la résilience à la contamination par les armes au moyen du changement de comportements
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langues : anglais, arabe
    Améliorer les conditions d’existence des personnes touchées par les conflits armés, les catastrophes et d’autres situations d’urgence est un objectif fondamental de la XXXIIIe Conférence internationale et du Conseil des Délégués. La capacité de répondre aux besoins et aux vulnérabilités des communautés touchées joue un rôle essentiel dans la réalisation de cet objectif tout comme la nécessité de veiller à ce que les opérations auxquelles participent les composantes du Mouvement, le personnel et les volontaires se déroulent en toute sécurité dans des environnements dangereux. La contamination par les armes représente aujourd’hui un risque majeur dans de nombreux contextes.
    Le CICR et la Croix-Rouge de Norvège ont élaboré des lignes directrices pour aider le Mouvement à mieux gérer les risques associés à la contamination par les armes. Ces lignes directrices visent à aider les composantes du Mouvement à identifier et évaluer les dangers posés par les armes classiques et/ou les agents nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques. Elles décrivent une méthodologie pour l’élaboration et la mise en œuvre d’activités destinées à mieux faire connaître les risques découlant de la présence d’armes ou d’agents nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques et à promouvoir un changement dans les comportements des collaborateurs du Mouvement et des communautés touchées afin d’éviter ou de limiter les dommages potentiels. Elles aident les composantes du Mouvement à remplir les obligations qui leur incombent en vertu de la Stratégie du Mouvement concernant les mines terrestres, armes à sous-munitions et autres restes explosifs de guerre, adoptée par le Conseil des Délégués de 2009.
     
    En résumé, la manifestation parallèle :
    •      présentera les lignes directrices et en fera la promotion auprès des Sociétés nationales ;
    •       renforcera la capacité des Sociétés nationales confrontées à des situations de contamination par les armes à mettre en place des activités de sensibilisation aux risques et de promotion de comportements plus sûrs dans leurs contextes ;
    •       soulignera le travail déjà effectué par certaines Sociétés nationales dans ce domaine et encouragera le dialogue entre pairs à l’avenir.
    La manifestation accueillera deux ou trois orateurs et prévoira du temps pour la discussion. 
  • MARDI 10 DÉCEMBRE, 13h30-14h30

    Recherche de personnes disparues : les opportunités et les défis technologiques
    Lieu : Salle Vevey et Espace Rivera
    Langue : anglais
    Des centaines de milliers de personnes sont portées disparues dans le monde à la suite d’un conflit armé, d’autres situations de violence, de la migration ou de catastrophes naturelles, ou en raison de la migration. La Stratégie 2020-2025 de rétablissement des liens familiaux (RLF) et le projet de résolution y relatif présenté à la XXXIIIe Conférence internationale témoignent de l’existence d’une volonté collective et sont des piliers importants pour améliorer l’efficacité de cette activité majeure du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
    Néanmoins, la question des personnes portées disparues représente un défi considérable au niveau mondial, et il est évident que beaucoup reste à faire dans ce domaine. Les nouvelles technologies offrent de nombreuses possibilités pour renforcer l’efficacité et la portée des activités de RLF, notamment pour prévenir les disparitions. Mais ces technologies sont également assorties de risques qu’il convient de bien gérer. L’Agence centrale de recherches (ACR) joue un rôle précurseur dans l’exploitation des nouvelles technologies pour remédier plus efficacement à la tragédie des personnes portées disparues.
    Les objectifs de cette manifestation parallèle sont les suivants :
    • mettre en évidence le rôle précurseur de l’ACR ainsi que ses projets ;
    • présenter le but final des efforts déployés dans un esprit d’innovation et conformément à une vision participative et inclusive ;
    • exposer les nombreuses possibilités offertes par les nouvelles technologies, mais aussi les risques qu’elles impliquent et dont il faut tenir compte ;
    • examiner dans quelle mesure les États et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge peuvent contribuer à ces efforts.
    Un déjeuner sera offert.
    Organisateurs : gouvernement suisse et Comité international de la Croix-Rouge

    L’usage des manuels militaires pour la diffusion du DIH au XXIe siècle
    Lieu : Salle Montreux
    Langue : anglais
    Les manuels militaires sont un instrument essentiel auquel de nombreux États ont recours pour diffuser efficacement le droit international humanitaire (DIH) et pour promouvoir sa mise en œuvre par les forces armées. À l’occasion de cette manifestation parallèle, des experts du DIH ayant récemment publié ou mis à jour des manuels militaires pour la diffusion du DIH – ou s’attelant à cette tâche – feront part de leurs expériences. Ils dévoileront les bonnes pratiques et les enseignements qu’ils ont tirés de leurs efforts de diffusion du DIH auprès des forces armées, et notamment comment ils ont mis à profit les technologies numériques. Une page web proposant diverses documentations sur ce thème (textes tirés de manuels sur le DIH, commentaires ou notes des participants sur leurs manuels de DIH, etc.) sera accessible avant mais aussi après la manifestation parallèle, ce qui permettra aux professionnels des différents États d’échanger leurs manuels, les principaux enseignements tirés et les bonnes pratiques mises en lumière pendant l’événement. Cette manifestation parallèle s’adresse à des spécialistes et chercheurs désirant mieux connaître les positions des États vis-à-vis du DIH ainsi que leurs façons de procéder pour diffuser et appliquer le DIH dans le cadre des opérations militaires.
    Principaux organisateurs : Danemark et États-Unis d’Amérique

    Protéger les soins de santé : convertir les cadres normatifs en solutions pratiques. Études sur les mesures de protection des soins de santé prises par les forces armées des États et sur le signalement, par les professionnels de la santé, des cas de blessures par balle
    Lieu : Salle Nyon
    Langue : anglais
    Même si les soins de santé dans les conflits et d’autres situations d’urgence restent en danger, il existe des moyens concrets de renforcer leur protection. Aussi, cette manifestation parallèle se penche sur deux moyens concrets de mieux protéger la mission médicale.
    Deux études portant sur la mise en œuvre des recommandations issues de l’initiative « Les soins de santé en danger » seront présentées : un projet de recherche sur les mesures opérationnelles adoptées et mises en œuvre par les forces armées des États pour protéger les soins de santé dans le cadre des opérations militaires (étude soutenue par la Suède qui considère cette étude comme une priorité pour la Conférence internationale), et une étude sur le secret médical et l’accès aux soins pour les blessés par arme.
    Le projet de recherche porte sur la question suivante : dans quelle mesure la protection des services de santé civils a-t-elle une place réelle et concrète dans la planification et le déroulement des opérations militaires ? Le projet de recherche recense les lacunes et donne des directives pour la mise en œuvre de mesures de protection.
    La deuxième étude est une analyse des lois qui exigent le signalement, par les professionnels de la santé, des cas de blessures par balle. Elle servira de base pour promouvoir les lois qui respectent les principes humanitaires et qui facilitent l’accès des blessés aux soins d’urgence. Cette étude a donné lieu à une discussion sur les enseignements tirés, à la suite de quoi le cadre juridique réglementant le traitement et les soins de santé pour les blessés par balle a été renforcé au Nigéria.
    Organisateurs : gouvernement suédois et initiative « Les soins de santé en danger », Comité international de la Croix-Rouge

    Les conséquences humanitaires des armes nucléaires
    Lieu : Salle Lausanne
    Langue : anglais
    Face aux conséquences humanitaires catastrophiques des armes nucléaires, à la difficulté de concevoir comment leur emploi pourrait être conforme aux règles et principes du droit international humanitaire et au manque de capacités pour mener une action humanitaire adéquate si elles étaient utilisées, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge demande depuis longtemps leur interdiction et leur élimination.
    Le risque que des armes nucléaires soient utilisées est aujourd’hui plus élevé qu’il ne l’a été pendant des décennies en raison notamment des tensions internationales et régionales qui règnent actuellement dans le monde, de la modernisation des armes nucléaires et de la menace d’une nouvelle course aux armements nucléaires. Ce contexte renforce l’urgence et l’importance des efforts pour progresser vers la non-utilisation, l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires.
    Cette manifestation parallèle vise à explorer, d’une manière dynamique et interactive, comment les États, la société civile et les différentes composantes du Mouvement peuvent collaborer au mieux, dans ce contexte difficile, pour créer un élan vers l’interdiction et l’élimination de ce type d’armes, notamment en examinant les meilleurs moyens de faire connaître leurs inquiétudes et de sensibiliser le public.
    Principal organisateur : Mme Socorro Flores Liera, Représentante permanente du Mexique auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève

    Favoriser la participation des acteurs locaux
    Lieu : Salle 15
    Langues : anglais, espagnol
    Pour stimuler la confiance dans l’action humanitaire et renforcer l’efficacité de son action, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se doit de promouvoir une culture favorisant l’apprentissage et d’adopter une approche souple basée sur des normes internationales et sur un langage commun dans le cadre des opérations. Cette manifestation parallèle mettra en avant l’importance de la préparation aux interventions dans un monde en pleine mutation, l’évolution de ce mécanisme au cours des vingt dernières années et sa contribution à la mise en place de documents de référence et de normes. Les participants analyseront le mécanisme de préparation aux interventions afin de montrer comment il peut aider à renforcer la capacité des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à fournir des services dans une situation d’urgence. Les organisateurs présenteront les leçons tirées par les nombreuses Sociétés nationales – plus de 45 – qui participent à ce processus. Ils exposeront comment un processus d’apprentissage fondé sur des données peut renforcer le leadership et la prise de décisions au niveau local concernant les interventions, augmenter la quantité et la qualité des ressources en vue de renforcer les compétences locales, et favoriser la participation des intervenants locaux. En outre, ils donneront des exemples de la manière dont le mécanisme de préparation aux interventions peut être mis en œuvre dans différents contextes afin de soutenir les acteurs de la Croix-Rouge aux niveaux local et national, et ce pour illustrer notamment comment les Sociétés nationales ont réduit leurs délais de fourniture de services d’urgence, amélioré l’inclusion de différents groupes – en particulier des groupes vulnérables – dans les évaluations d’urgence, augmenté la participation des femmes à la prise de décisions et contribué au renforcement du rôle d’auxiliaires des Sociétés nationales.
    Organisateurs : Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge du Honduras et Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

    Dialogue de haut niveau sur le climat et l’action humanitaire : accroître l’action collective en faveur de la résilience climatique et faire face aux effets des changements climatiques sur le plan humanitaire
    (13h00-14h00)
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langue : anglais
    Les changements climatiques constituent l’un des principaux défis auxquels l’humanité est actuellement confrontée. Ils exacerbent les besoins humanitaires et exposent la vie et les moyens de subsistance des communautés vulnérables à des plus grands risques encore. Un dialogue accru entre les spécialistes du climat et la communauté humanitaire est nécessaire au vu de l’impact croissant des changements climatiques. En décembre 2019, deux grandes manifestations, à savoir la COP 25 et la XXXIIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, se tiendront en parallèle à Madrid et à Genève respectivement, et nous aspirons à relier ces deux conférences en organisant un dialogue (via une connexion en direct) qui contribuera à relever l’ambition en matière d’adaptation aux changements climatiques au sein des deux instances.
    Organisateurs : Centre sur le changement climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et Fédération internationale
  • MARDI 10 DÉCEMBRE, 18h30-19h30

    Protection de l’eau dans les conflits armés
    Lieu : Salle 15
    Langues : anglais, français
    Cette manifestation, organisée conjointement par la Plateforme pour le droit international de l’eau douce du Geneva Water Hub (Université de Genève), l’UNICEF, la Croix-Rouge néerlandaise et la Mission permanente de la République de Slovénie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève (ONUG) portera principalement sur la protection de l’eau et des infrastructures d’approvisionnement en eau en temps de conflit armé.
    Elle vise à faire prendre conscience des vulnérabilités croissantes des populations touchées par des conflits armés en ce qui concerne leur accès à l’eau et à l’assainissement. Les intervenants réfléchiront à des moyens de prévenir l’évolution de ces vulnérabilités et de les prendre en compte. Le débat portera en particulier sur les moyens de promouvoir activement le respect des régimes juridiques régissant la protection de l’accès à l’eau et d’améliorer la résilience des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement pendant et après les conflits armés.
    Parmi les intervenants figureront notamment M. Danilo Türk, ancien Président de la République de Slovénie et Président du Panel mondial de haut niveau sur l’eau et la paix du Geneva Water Hub ; Mme Mara Tignino, maître d’enseignement et de recherche à la Faculté de droit et à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université de Genève, et spécialiste juridique principale du Geneva Water Hub ; Mme Christine Pirenne, responsable de l’aide humanitaire au Ministère néerlandais des Affaires étrangères ; représentant suisse à confirmer ; représentant de l’UNICEF.
    Co-organisateurs : Plateforme pour le droit international de l’eau douce du Geneva Water Hub (Université de Genève), UNICEF, Croix-Rouge néerlandaise et Mission permanente de la République de Slovénie à Genève.

    Regroupement familial
    Lieu : Salle Genève
    Langues : anglais, français, espagnol, arabe
    Le regroupement familial est un espoir et bien souvent une nécessité pour les personnes ayant vécu longtemps loin de leurs proches dans des situations extrêmement précaires, avec un accès limité à la protection et confrontées aux risques liés à la migration.
    Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sait par expérience que le regroupement familial a des retombées positives considérables en termes de santé mentale, de protection et d’intégration. Dans ce contexte, une publication conjointe sur les conséquences humanitaires des séparations familiales et des disparitions de personnes sera lancée à l’occasion de cette manifestation parallèle.
    Cette réunion vise à faire connaître l’évolution des vulnérabilités et des besoins liés à la séparation familiale, à mettre en lumière les travaux et les compétences du Mouvement dans ce domaine et à explorer comment le Mouvement et les États peuvent optimiser leur collaboration pour réduire les souffrances causées par les séparations familiales. Différentes composantes du Mouvement ainsi que des représentants des États, des personnes concernées et des volontaires alimenteront le débat en évoquant leurs expériences personnelles. L’objectif de cette manifestation parallèle est de parvenir à des résultats concrets et notamment à d’éventuels engagements.
    Animateur : Martin Ärnlöv, Secrétaire général, Croix-Rouge suédoise
    Intervenants : Alex Fraser, Directeur Soutien aux réfugiés et RLF, Croix-Rouge britannique ; Anaïs Faure Atger, cheffe de l’Unité migration, Bureau Croix-Rouge/UE ; experts (personnes ayant vécu des expériences personnelles en lien avec la thématique)

    Rôle des mécanismes régionaux – DIH
    Lieu : Salle Lausanne
    Langue : anglais
    Description : S.O.

    Comment mener une action intelligente sur le plan climatique ?
    Lieu : Salle Montreux
    Langue : anglais
    En conséquence des changements climatiques, les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent plus fréquents et plus intenses. Le secteur humanitaire ne peut plus se permettre d’être pris par surprise. Cela signifie que les projets et la planification ne peuvent plus se baser uniquement sur les expériences et les savoir-faire passés : nous devons nous adapter aux nouvelles conditions, à un plus haut degré d’incertitude, à des changements à long terme, et nous devons mener des actions intelligentes sur le plan climatique. Cette manifestation parallèle interactive et captivante sera l’occasion d’analyser ce que sont des actions intelligentes sur le plan climatique, et de réfléchir à la manière dont nous pouvons œuvrer ensemble afin de garantir que nous sommes équipés pour faire face aux risques croissants liés à l’évolution du climat.
    Organisateurs : Centre sur le changement climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Zurich Alliance, Fédération internationale

    Bons offices et respect du droit international humanitaire (DIH)
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langues : anglais, français, espagnol, arabe
    Cette manifestation parallèle se penchera sur les « bons offices » en tant que moyen de renforcer le respect du droit international humanitaire (DIH). Les « bons offices » peuvent être définis comme « toute forme d’assistance non structurée fournie par un tiers » (Max Planck Encyclopedia 2006) en vue de rapprocher les parties à un conflit « en leur offrant la possibilité de trouver directement une solution adéquate » (article IX du Pacte de Bogota, 1948). Par « bons offices », on peut aussi entendre la « communication de conclusions sur des points de fait » (Commentaire du Comité international de la Croix-Rouge, 1987). Ils peuvent contribuer à instaurer la confiance entre les parties à un conflit et au sein de la communauté internationale. Flexibles et adaptables, ils peuvent également promouvoir un environnement favorable au respect du DIH, aussi bien à l’époque actuelle que dans le futur.
    Participeront à cette manifestation parallèle un représentant d’une Société nationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, un représentant gouvernemental, un représentant de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), un membre de la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits et un représentant d’une ONG. Ces intervenants évoqueront leurs approches personnelles, mais aussi leurs rôles et leurs contributions pour faire progresser le respect du DIH et offrir leurs bons offices.
    Organisateur : Thilo Marauhn, Président de la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits

    L’approche du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en matière d’éducation
    Lieu : Salle Nyon
    Langue : anglais
    Partout dans le monde, la vie actuelle et future de millions d’enfants, d’adolescents et d’adultes – en particulier ceux vivant dans des régions touchées par un conflit armé, une catastrophe ou une autre situation d’urgence – est compromise en raison de l’absence d’un accès sûr, continu et équitable à une éducation de qualité. Or cette importante lacune s’aggrave, en particulier pour les personnes les plus vulnérables. En tant que service public essentiel devant être accessible de manière sûre et continue, l’éducation est particulièrement vulnérable aux « chocs » des crises humanitaires. Et pourtant, on ne lui donne souvent pas toute l’importance qu’elle mérite dans le cadre de l’action humanitaire mondiale.
    Pour les communautés auxquelles le Mouvement vient en aide, l’éducation est un atout fondamental pour lutter contre les vulnérabilités systémiques, prévenir et anticiper l’éventualité d’une crise et reconstruire leur vie pendant et après une crise. L’éducation contribue en effet pour beaucoup à préserver la dignité humaine, à accroître la résilience des communautés, à renforcer le développement économique et à consolider la paix. Le Mouvement s’attache à promouvoir l’accès, la reprise ou la poursuite en toute sécurité d’une éducation inclusive et de qualité, à rester pertinent dans sa prise en compte des vulnérabilités et des besoins et de leur évolution, et donc à renforcer la confiance des communautés à son égard.
    À la suite de la dernière Conférence internationale, les composantes du Mouvement ont travaillé ensemble pour concevoir une approche commune de l’éducation, fondée sur leurs forces respectives. Cette manifestation parallèle aura pour objectifs de présenter cette approche commune, de faire le bilan des mesures qui ont été prises et de recueillir les points de vue des participants sur les moyens de renforcer le soutien du Mouvement pour satisfaire les besoins éducatifs, en particulier ceux des personnes touchées par un conflit armé, une catastrophe ou une autre situation d’urgence.
    Organisateurs : Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et Comité international de la Croix-Rouge
  • MERCREDI 11 DÉCEMBRE, 7h30-8h30

    Œuvrer pour le respect et la mise en œuvre du DIH : succès des commissions nationales de DIH
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langues : anglais, français, espagnol
    Le respect du DIH dépend largement de son appropriation au niveau national. Les commissions nationales de DIH ou autres instances nationales équivalentes sont des acteurs-clés de cette mise en œuvre, soutenant leurs Etats respectifs dans l’adoption des mesures législatives, règlementaires, administratives, opérationnelles ou autres nécessaires pour assurer l’application effective du DIH.
    Aujourd’hui, il existe plus d’une centaine de commissions nationales de DIH, dont le rôle primordial est largement reconnu par plusieurs résolutions de la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que par la feuille de route pour améliorer la mise en œuvre nationale du DIH soumise à la présente Conférence internationale.
    La présente table ronde vise à lancer une réflexion générale sur la création de nouvelles commissions nationales de DIH et le renforcement de leur coopération, notamment en :
    •     partageant les leçons apprises et les bonnes pratiques liées à l’établissement et au fonctionnement des commissions nationales de DIH ;
    •     identifiant les obstacles à la création des commissions nationales et les initiatives et outils pouvant y répondre, ainsi que des pistes concrètes de collaboration et d’échanges continus entre commissions aux niveaux bilatéral, international, régional et interrégional ;
    •     échangeant sur le rôle potentiel des Sociétés nationales.
    Principaux organisateurs : Belgique, Croix-Rouge de Belgique, CICR, Croix-Rouge équatorienne, Indonésie

    Personnes handicapées dans l’action humanitaire : les avantages des partenariats locaux
    Lieu : Salle Nyon
    Langue : anglais
    Cette manifestation parallèle portera sur les partenariats et la participation des acteurs locaux, et en particulier sur le rôle des organisations locales de personnes handicapées dans le cadre de partenariats humanitaires. Les participants examineront les moyens d’optimiser ces partenariats pour renforcer la redevabilité et l’interaction communautaire, mais aussi les moyens pour les acteurs concernés de fournir des services humanitaires efficaces, pertinents et tenant compte des personnes handicapées (par ex. activités de sensibilisation, présence d’experts pour orienter la mise en œuvre des services, suivi, etc.). La réunion vise à mettre en lumière les avantages des partenariats locaux, qui permettent en effet de renforcer la confiance entre les communautés locales et les acteurs humanitaires – notamment les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge –, et à accroître les connaissances et compétences de ces derniers pour gérer et faire connaître les besoins et les exigences spécifiques des personnes handicapées.
    Organisateurs : Mission permanente de la Finlande, Croix-Rouge finlandaise, Mission permanente de l’Australie, International Disability Alliance, Comité international de la Croix-Rouge et Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

    Lutter contre la traite des personnes dans le contexte des conflits armés
    Lieu : Salle Montreux
    Langue : anglais
    La question de la traite des personnes en situation de conflit est aujourd’hui au cœur des préoccupations. Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté deux résolutions – la première en décembre 2016 (2331) et la deuxième en novembre 2017 (2388) – portant spécifiquement sur le problème de la traite dans le contexte des conflits armés. Ces résolutions, mais aussi d’autres instruments reconnaissent l’existence de liens inextricables entre les situations de conflit armé et le phénomène de la traite. Ces instruments soulignent tous que les personnes prises au piège d’un conflit armé sont davantage exposées au risque d’être victimes de la traite tant l’intérieur qu’au-delà de la zone de conflit. L’augmentation des cas de traite d’êtres humains concerne en particulier les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays en raison d’un conflit. En outre, ce phénomène a des effets particulièrement dévastateurs sur les femmes et les enfants.
    Cette manifestation parallèle a pour objectifs de mieux comprendre le problème de la traite des personnes dans le contexte des conflits armés, de définir des rôles spécifiques que différentes parties prenantes peuvent jouer dans la lutte contre ce phénomène, et de mettre en commun les bonnes pratiques et les expériences nationales en la matière.
    Organisateurs : Groupe d’amis unis contre la traite des personnes (Bahreïn, Bangladesh, Bélarus, Bolivie, Égypte, Émirats arabes unis, Équateur, Fédération de Russie, Inde, Kazakhstan, Kirghizistan, Laos, Libye, Nicaragua, Nigéria, Ouzbékistan, Philippines, Qatar, Singapour, Tadjikistan, Turkménistan, Venezuela)
  • MERCREDI 11 DÉCEMBRE, 13h00-14h00

    Des financements prévisibles dans un climat en évolution
    Lieu : Salle Lausanne
    Langue : anglais
    Dans les années à venir, la fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes continueront d’augmenter en raison des changements climatiques, et les communautés vulnérables paieront le plus lourd tribut. Les systèmes d’alerte précoce se sont améliorés au fil des ans, mais des catastrophes prévisibles continuent néanmoins de semer la mort et la souffrance, car trop souvent, une alerte précoce n’entraîne pas d’action rapide. Cela s’explique généralement par des processus de prise de décision nébuleux, par une mauvaise connaissance des mesures qui devraient découler d’une prévision, et par le manque de financements disponibles pour l’action rapide. Depuis 2014, les Sociétés nationales utilisent l’approche de financement fondé sur des prévisions, qui permet de débloquer automatiquement des fonds selon des seuils scientifiques de déclenchement. Cette approche a été utilisée pour mettre en œuvre des mécanismes d’action rapide au Togo, en Ouganda, au Pérou, au Bangladesh et en Mongolie. Le financement fondé sur des prévisions est en cours de développement dans plus de 20 pays. L’année dernière, la Fédération internationale a créé le Mécanisme du Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) pour l’action fondée sur les prévisions, afin de permettre aux Sociétés nationales d’accéder à des financements destinés à l’action rapide sur la base de prévisions. Nous collaborons avec de nouveaux partenaires et envisageons des options de financement des risques de catastrophe pour veiller à ce que les fonds parviennent au bon endroit, au bon moment. Venez participer à un débat sur la transformation et l’intensification de l’action et du financement par anticipation !
    Co-organisateurs : Fédération internationale, Centre allemand sur le changement climatique de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

    Transferts monétaires à des fins humanitaires : protéger la dignité dans les situations de crise
    Lieu : Salle Montreux
    Langue : anglais
    Lorsque les conditions le permettent, les transferts monétaires peuvent constituer une forme d’assistance plus opportune, efficace, flexible et appropriée. Ils permettent aux personnes touchées par une crise de faire des choix, contribuant ainsi à préserver leur dignité et leur autonomie. En outre, ils favorisent le relèvement en soutenant les moyens de subsistance et les marchés locaux. Du fait des possibilités croissantes d’utiliser les paiements numériques, l’argent mobile et la technologie financière pour atteindre les personnes touchées, les transferts monétaires sont reconnus comme un outil jouant un rôle important dans la transformation de l’intervention humanitaire.
    Cette manifestation parallèle donnera la possibilité aux Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de partager leurs expériences et d’en savoir davantage sur la mise en œuvre des programmes de transferts monétaires dans différents contextes. Des dirigeants de Société nationale et des représentants de gouvernement seront présents pour débattre du rôle des transferts monétaires à des fins d’assistance, des possibilités et des défis liés à la distribution d’argent dans les situations de crise et des moyens de renforcer l’utilisation systématique des transferts monétaires en plus de l’assistance en nature.
    Organisateur : Croix-Rouge britannique

    Réinventer le volontariat
    Lieu : Salle Nyon
    Langue : anglais
    La Fédération internationale et le Programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) présideront conjointement la réunion technique mondiale organisée en 2020 (GTM2020) sur le thème « Réinventer le volontariat pour le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ». Cinq ans après l’adoption des Objectifs de développement durable, les acteurs des secteurs humanitaire et du développement reviennent sur les bonnes pratiques et sur les enseignements tirés, et réfléchissent à comment accélérer la réalisation des ODD pour atteindre les cibles fixées dans les dix prochaines années. La manifestation parallèle vise à mettre en lumière le volontariat comme stratégie extrêmement importante pour apporter une contribution particulière face à des défis humanitaires essentiels tels que l’accès à des services de base et la confiance dans l’action humanitaire — confiance des communautés, des donateurs, ainsi que du personnel et des volontaires, en tant que membres des communautés. Les volontaires et le personnel doivent pouvoir avoir confiance dans le fait que non seulement leurs organisations se préoccupent de leur sécurité, de leur dignité et de leur bien-être, mais aussi dans le fait que les donateurs, y compris les gouvernements, les institutions des Nations Unies, ou encore les Sociétés nationales partenaires, par exemple, doivent également respecter un devoir de protection. À l’heure actuelle toutefois, trop de membres du personnel et de volontaires sont blessés ou tués dans des situations que l’on aurait pu éviter, et travaillent sans disposer d’un soutien de base en ce qui concerne les pratiques, le matériel, les ressources et les filets de sécurité nécessaires. Les politiques essentielles ne sont pas respectées. La manifestation sera l’occasion de mettre en évidence l’évolution du volontariat lui-même, et posera des bases importantes pour « réinventer » le volontariat, dans l’objectif de mieux prendre conscience du soutien nécessaire pour assurer la sécurité et le bien-être des volontaires et, en outre, de mieux saisir ce qui doit évoluer pour garantir la sûreté, la sécurité et le bien-être des volontaires.
    Intervenants :
    M. Olivier Adam, Coordonnateur exécutif, Programme des Volontaires des Nations Unies
    Mme Winnie Fiona Mwasiaji, Directrice adjointe, ministère du Travail et de la protection sociale du Kenya
    M. Matt Baillie Smith, Centre for International Development, Université de Northumbria
    M. Hossam Salaheldin Irahim Abuelnasr, volontaire, Croissant-Rouge égyptien
    Organisateurs : Ministère du Travail et de la protection sociale du Kenya, Programme des Volontaires des Nations Unies, Fédération internationale

    Tirer le meilleur parti des contributions des Sociétés nationales au développement durable – possibilités et défis
    Lieu : Salle 15
    Langues : anglais, français
    En 2015, les États membres des Nations Unies ont adopté le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui présente 17 Objectifs de développement durable (ODD) et 169 cibles, définissant ainsi un programme mondial, spécifique et ambitieux dans les domaines suivants : éradication de la pauvreté, santé, éducation, sécurité alimentaire, nutrition, environnement et changements climatiques, résilience, villes durables, prévention de la violence et état de droit.
    Les Sociétés nationales du monde entier contribuent de bien des manières à ce programme, car les ODD recouvrent des domaines dans lesquels elles travaillent depuis longtemps, comme le renforcement de la résilience en cas de catastrophe, la vaccination, la promotion de la santé communautaire et les services d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Ces dernières années, elles ont également étendu leur action dans des domaines moins familiers, tels que l’adaptation aux changements climatiques et l’appui aux migrants vulnérables et aux personnes déplacées.
    Cependant, les contributions existantes des Sociétés nationales sont souvent mal comprises, de même que leur capacité d’offrir un appui dans le domaine du développement et de traiter les causes sous-jacentes de l’évolution des vulnérabilités. De ce fait, nous manquons certaines possibilités de participer à la planification du développement national, de mettre en place des approches coordonnées pour ne laisser personne de côté et de créer des liens entre les initiatives locales et les objectifs nationaux.
    La XXXIIIe Conférence internationale offre la possibilité de faire connaître le rôle et la contribution des Sociétés nationales à la réalisation de certaines cibles fondamentales des ODD. Elle permettra également d’examiner les difficultés et les possibilités liées à l’intensification de la coopération avec les pouvoirs publics et les autres partenaires, en particulier dans la perspective de ne laisser personne de côté.
    Principaux organisateurs : Fédération internationale et Croix-Rouge néerlandaise
  • MERCREDI 11 DÉCEMBRE, 19h30-20h30

    Conversation approfondie sur le DIH
    Lieu : Salle 15
    Langues : anglais, français
    Cette manifestation parallèle se penchera sur la mise en œuvre des obligations découlant du droit international humanitaire (DIH) dans le cadre d’opérations militaires menées en partenariat. Elle prendra la forme de plusieurs conversations informelles lors desquelles des individus impliqués dans ce type d’opérations feront part de leurs perspectives et expériences personnelles. Les participants se pencheront sur la pratique actuelle et la dynamique des relations de soutien. L’objectif est de mettre en évidence les atouts de la collaboration en matière de formation, de conseil et d’assistance sur la mise en œuvre du droit international humanitaire.
    Des boissons et des encas seront offerts.
    Organisateurs : gouvernement canadien et Société canadienne de la Croix-Rouge

    « Aider ceux qui aident les autres »
    Lieu : Salle 18
    Langues : anglais, français
    Chaque jour, des travailleurs humanitaires s’engagent pour leurs communautés dans le cadre de différentes missions. Ils viennent en aide à des personnes traumatisées ou dans le besoin au lendemain d’un conflit, d’une catastrophe ou d’une autre situation d’urgence afin de renforcer leur résilience dans une période difficile. Leur action est essentielle. Les travailleurs humanitaires intervenant dans les situations d’urgence sont très souvent des volontaires qui vivent eux-mêmes dans la région affectée. Protéger et renforcer leur santé mentale et leur bien-être psychosocial a pour effet de promouvoir non seulement la sécurité et la santé, mais aussi la qualité des services et une action humanitaire durable.
    Cette manifestation parallèle braquera les projecteurs sur le projet de résolution intitulé « Répondre aux besoins en matière de santé mentale et de soutien psychosocial des personnes touchées par les conflits armés, les catastrophes naturelles et d’autres situations d’urgence ». Elle aura les objectifs suivants :
    • présenter ce que des études ont révélé au sujet de l’impact des crises sur les travailleurs humanitaires et sur ce qui les aide dans ce contexte ;
    • partager des exemples de bonnes pratiques des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de ce qu’elles mettent en œuvre et de l’utilité de ces initiatives ;
    • entendre des témoignages sur ce que des travailleurs humanitaires vivent sur le terrain et sur ce qui nuit à leur bien-être ;
    • définir des solutions et proposer des recommandations concernant des engagements à prendre et des manières de mieux travailler ensemble.
    Organisateurs : Croix-Rouge suédoise et Centre de référence pour le soutien psychosocial de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

    Intensifier les efforts conjoints pour mettre fin à la violence sexuelle et sexiste
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langues : anglais, français, espagnol
    Description : S.O.

    Protéger les civils dans les situations de conflit en milieu urbain
    Lieu : Salle Lausanne
    Langue : anglais
    L’emploi d’armes explosives à déflagration dans des zones peuplées est un trait caractéristique des conflits en milieu urbain et une cause majeure de dommages pour les populations civiles. Il est estimé que 90 % des personnes tuées ou blessées du fait de ces armes sont des civils, ce qui soulève des questions fondamentales s’agissant du respect du DIH. En outre, les effets indirects (ou les répercussions) que ces armes peuvent avoir lorsqu’elles touchent les infrastructures civiles essentielles perturbent fortement la fourniture de l’aide humanitaire et des services urbains de base, provoquant des maladies et des morts supplémentaires, entraînant des déplacements de populations à l’intérieur et en dehors des frontières et, partant, contribuant à accroître la vulnérabilité des civils.
    À l’instar du Secrétaire général des Nations Unies, le CICR et le Mouvement ont appelé les États à s’attaquer d’urgence à cette question. Un nombre croissant de gouvernements expriment leur préoccupation, et l’Autriche a récemment tenu, les 1er et 2 octobre 2019, une conférence internationale sur la protection des civils dans les situations de conflit en milieu urbain (http://www.poc19vienna.at) pour mettre en évidence les conséquences humanitaires des armes explosives à déflagration dans les zones peuplées, le cadre juridique qui entoure cette pratique et les politiques militaires visant à lutter contre celle-ci, ainsi que pour entamer les travaux d’élaboration d’une déclaration politique à ce sujet.
    Discours d’ouverture : Peter Maurer, président, CICR
    Intervenants : Yusuf Hassan Mohamed, président, Croissant-Rouge de Somalie ; Alma Al-Osta, Humanité et inclusion ; Simon Bagshaw, UN OCHA ; Ambassadeur Thomas Hajnoczi, Autriche
    Co-organisateurs :
    Autriche, Brésil, Bosnie-Herzégovine, El Salvador, Chili, Costa Rica, Indonésie, Irlande, Italie, Liechtenstein, Malaisie, Mexique, Mozambique, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pérou.
    Croix-Rouge américaine, Croix-Rouge autrichienne, Croix-Rouge allemande, Croix-Rouge danoise, Croix-Rouge italienne, Croix-Rouge libanaise, Croix-Rouge néerlandaise, Croix-Rouge néo-zélandaise, Croix-Rouge de Norvège, Croix-Rouge de Serbie


    Gérer les catastrophes naturelles à l’échelon local : l’expérience de la région du Pacifique
    Lieu : Salle Lyon
    Langue : anglais
    Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les gouvernements de la région du Pacifique unissent leurs forces pour présenter l’expérience enrichissante qu’ils ont menée en lançant une action humanitaire locale dans l’une des régions les plus exposées aux catastrophes naturelles dans le monde.
    Les intervenants présenteront les éléments ayant permis de définir l’approche locale qui a été adoptée, notamment l’importance de la réduction des risques de catastrophe et de l’adaptation au changement climatique dans les programmes humanitaires menés dans la région du Pacifique.
    Ils exposeront également les défis spécifiques à cette région, notamment les difficultés logistiques liées à la présence de communautés dispersées et isolées, un élément qui rend l’adoption d’une approche locale obligatoire.
    De plus, les intervenants feront part de leurs expériences en matière de partenariats aux niveaux local, national et régional, et entre les États, les Sociétés nationales et la société civile. Ils expliqueront aussi comment les Sociétés nationales du Pacifique identifient et prennent en compte les besoins de protection dans leurs interventions en cas de catastrophe.
    Cette manifestation parallèle sera interactive. Aussi, le public sera invité à prendre la parole et à découvrir non seulement l’expérience menée au Pacifique, mais aussi les bonnes pratiques et les enseignements tirés d’expériences réalisées ailleurs dans le monde.
    Organisateurs : Croix-Rouge australienne, Mission permanente de l’Australie, Mission permanente de la Nouvelle-Zélande, Croix-Rouge néo-zélandaise
  • JEUDI 12 DÉCEMBRE, 7h30-8h30

    Les médias dans les conflits armés
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langues : anglais, français, espagnol, arabe
    La protection des journalistes qui couvrent les conflits armés et dont le travail d’information est essentiel pour le public, doit être mise en avant. En dépit des mesures de protection spécifique dont ils jouissent en vertu de l’article 79 du Protocole additionnel I de 1977 aux Conventions de Genève et de l’article 4, let. A, al. 4 de la IIIe Convention de Genève, et de leur protection générale en raison de leur statut de personnes civiles, les professionnels des médias sont de plus en plus souvent visés dans l’exercice de leur profession au cœur des conflits armés.
    Cette réunion aura les objectifs suivants :
    • examiner les mesures de protection dont jouissent les journalistes en vertu du droit international humanitaire (DIH) ;
    • analyser les rôles et les responsabilités des professionnels des médias s’agissant du signalement des violations du DIH pendant les conflits armés ;
    • mettre en avant la question de l’impunité et le fait que des auteurs de violations du DIH et des droits de l’homme ne sont pas traduits en justice ;
    • explorer comment les États, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les journalistes, entre autres, peuvent coopérer en vue de définir des mesures pratiques pour améliorer la situation.
    Nous souhaitons tirer profit de l’impulsion et de la volonté politique issues de la Conférence mondiale sur la liberté des médias (co-organisée par le Royaume-Uni et le Canada en juillet 2019) en faveur de la protection des journalistes, et faire ressortir l’importance d’aller au-devant des risques accrus auxquels les journalistes sont confrontés dans les situations de conflit.
    Organisateur principal : Royaume-Uni, Croix-Rouge britannique
    Co-organisateurs : Allemagne, Autriche, Estonie, Lettonie et Uruguay
  • JEUDI 12 DÉCEMBRE, 13h00-14h00

    Promouvoir une migration sûre et régulière
    Lieu : Salle 18
    Langues : anglais, français, arabe
    Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, adopté le 19 décembre 2018 à Marrakech, a contribué à améliorer la compréhension des questions liées à la migration et donné lieu à des avancées cruciales dans la gouvernance de ces questions à un niveau multilatéral. Son adoption à une très large majorité reflète l’engagement de l’ensemble de la communauté internationale à réguler les flux migratoires dans le respect des droits humains et à renforcer le dialogue international.
    Le Royaume du Maroc, en collaboration avec l’OIM, l’IDMC et la Mission permanente du Bangladesh, a l’honneur d’organiser une manifestation parallèle le jeudi 12 décembre, à 13 heures, en marge des travaux de la XXXIIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, un forum international par excellence d’échange sur les questions humanitaires internationales, dont celles qui ont trait à la migration.
    Au travers de cette manifestation, le Maroc souhaite renforcer l’élan international, réaffirmer sa détermination à poursuivre les efforts qu’il déploie au niveau national et soutenir l’alignement des mesures prises aux niveaux régional et international.
    Organisateur : Royaume du Maroc

    Lancement du premier consortium de recherche du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (RC3)
    Lieu : Salle Genève
    Langues : anglais, français, espagnol
    Jeter un pont entre la science et la pratique. La science nous aide à mieux comprendre notre environnement et nos sociétés, à planifier et analyser nos missions, à définir l’efficacité, à traduire nos objectifs en cibles légitimes et à être redevables. Les défis relevés dans la Stratégie 2030 sont considérables. Aussi, jeter un point entre la science et la pratique n’est plus seulement une option, c’est une nécessité.
    Aujourd’hui, pour compléter les travaux de recherche réalisés par de nombreuses Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et le Comité international de la Croix-Rouge, plus de 15 centres et 200 experts s’investissent dans des activités liées à la science pour améliorer la mission vitale des Sociétés nationales et pour inaugurer de nouvelles pratiques et approches. Les changements climatiques, la santé, les premiers secours, la migration, la préparation aux catastrophes, le soutien psychosocial, les moyens de subsistance et l’hébergement sont autant d’enjeux sur lesquels le Mouvement se penche quotidiennement.
    Les participants découvriront RC3, Science Connected for Humanity (« La science connectée pour l’humanité »), qui répond à la demande pressante des Sociétés nationales et de leurs partenaires de voir les interactions entre les centres, le Mouvement, les universités et des parties prenantes clés dans le domaine de l’action humanitaire et sociale améliorées et renforcées.
    Co-organisateurs : Croix-Rouge française, Croix-Rouge de Belgique, Croix-Rouge du Kenya, Croix-Rouge andorrane, Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge monégasque, Croix-Rouge luxembourgeoise, Croix-Rouge néerlandaise, Croix-Rouge costaricienne, centres de référence mondiaux de la Fédération internationale : Centre sur le changement climatique, Centre de référence pour le soutien psychosocial, Centre de référence mondial pour les premiers secours, Centre de ressources sur les moyens de subsistance, Centre mondial de préparation aux catastrophes (GDPC), Centre de référence des Caraïbes pour la gestion des risques de catastrophe (CADRIM), Groupe consultatif mondial sur la gouvernance des entreprises et la gestion des risques liés aux services sanguins (GA), Unité de recherche sur le logement de la Fédération internationale, Centre du CICR pour la recherche et l’expérience opérationnelles (CORE)

    Investir dans le développement des Sociétés nationales : comment les approches et les partenariats nouveaux peuvent aider le Mouvement à renforcer les capacités et la durabilité de son réseau mondial d’acteurs locaux ?
    Lieu : Salle Nyon
    Langue : anglais
    Comment — grâce à l’appui de leurs partenaires — les Sociétés nationales peuvent-elles renforcer leurs capacités, améliorer la confiance dans leur action, consolider leur viabilité et étendre la fourniture de services humanitaires fondés sur des principes ?
    Dans le cadre du Grand compromis, le rôle crucial de l’action humanitaire menée au niveau local est de plus en plus largement reconnu, et certains donateurs et acteurs internationaux évoluent dans leurs façons d’établir des partenariats.
    Pourtant, des difficultés persistent, et les objectifs en matière de financement ne sont toujours pas atteints. En tant qu’institutions nationales œuvrant par le biais de réseaux de sections locales et de volontaires, les Sociétés nationales ont le potentiel unique d’allier leur expertise et leur leadership locaux à des ressources et systèmes internationaux.
    Pour relever les défis existants, des initiatives telles que l’Alliance pour l’investissement dans les Sociétés nationales font évoluer le soutien qu’apporte le Mouvement au développement des Sociétés nationales, et de leur côté, les Sociétés nationales explorent de nouvelles approches en matière de viabilité financière et de fourniture de services.
    Cette séance sera l’occasion de recueillir les réflexions et l’expertise de l’ensemble du Mouvement et au-delà sur les moyens de relever les défis et de nouer de nouvelles collaborations.
    Organisateurs : Fédération internationale et CICR

    Droit international humanitaire (DIH) : réflexions sur les pratiques et interprétations des groupes armés non étatiques
    Lieu : Salle Lausanne
    Langue : anglais
    Le respect du droit international humanitaire (DIH) par les groupes armés non étatiques est aujourd’hui un défi majeur dans les conflits armés. S’il est admis que ces groupes armés sont liés par le DIH, on ne s’est pas encore suffisamment penché sur la manière dont ils envisagent et interprètent leurs obligations internationales. Pour combler cette lacune, Appel de Genève et l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève ont lancé un projet de recherche pour mieux comprendre le comportement des groupes armés non étatiques dans les situations de conflit. La réunion sera composée de plusieurs présentations qui aborderont les questions suivantes :
    • Les groupes armés non étatiques connaissent-ils les règles du droit international qui s’appliquent en période de conflit armé ? Approuvent-ils ces règles ?
    • Quels sont les facteurs et les personnes qui influencent le comportement des membres des groupes armés non étatiques sur les champs de bataille ?
    • Les groupes armés non étatiques ont-ils pris des engagements humanitaires ?
    • Quel est le comportement des groupes armés non étatiques vis-à-vis des normes relatives aux droits de l’homme ?
    • Quelles questions les groupes armés non étatiques souhaiteraient-ils voir règlementer dans le futur ?
    Organisateurs principaux : Appel de Genève et Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève

    Réglementation, éthique et redevabilité dans les partenariats aux fins de la gestion des données relevant de l’action humanitaire
    Lieu : Salle 15
    Langues : anglais, français
    Dans le contexte d’une crise humanitaire qui va croissant, il est attendu des organisations d’aide qu’elles travaillent toujours plus efficacement. Beaucoup estiment qu’elles peuvent, pour y parvenir, recourir à la technologie numérique de façon innovante et exploiter les masses de données disponibles. Toutefois, le fait est que la plupart des organisations humanitaires ne disposent pas des ressources et de l’expertise nécessaires pour utiliser efficacement les importantes quantités de données qu’elles recueillent dans le cadre de leurs activités, et sont par conséquent de plus en plus dépendantes d’acteurs extérieurs, généralement issus du secteur privé, auxquels elles communiquent des données au titre d’un « partenariat ». Malheureusement, si ces partenaires commerciaux offrent l’expertise, les outils technologiques et l’infrastructure nécessaires pour extraire et analyser des ensembles de données de masse, leur éthique va souvent à l’encontre des principes humanitaires.
    Cette manifestation parallèle réunira des spécialistes qui débattront des questions relatives à la réglementation, à l’éthique et à la redevabilité associées à ce modèle d’aide humanitaire. Elle fera la lumière sur les différents moyens de tirer pleinement parti des partenariats aux fins de la gestion des données sans exposer les populations touchées à des risques inutiles. Elle explorera également les moyens de conclure des partenariats constructifs centrés sur les bénéficiaires tout en garantissant la redevabilité et l’application du principe de ne pas nuire dans l’environnement numérique.
    Organisateurs : CICR, Fédération internationale, faculté de droit de Tilburg, Privacy International, Organisation internationale pour les migrations (OIM), Bureau des Nations Unies de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Contrôleur européen de la protection des données, Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Association francophone des autorités de protection des données personnelles (AFAPDP), Médecins Sans Frontières

    GLOW Red : faire du leadership des femmes une réalité
    Lieu : Salles 5 et 6
    Langues : anglais, français, espagnol, arabe, russe
    D’une petite réunion informelle à Antalya, en 2017, à un réseau composé de plus de 136 membres issues de 83 pays, GLOW Red (Global Network for Women Leaders, un réseau mondial de femmes dirigeantes) a fait avancer la question du leadership des femmes au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – un progrès majeur qu’il convient à présent de célébrer !
    Rejoignez-nous pour une discussion en toute simplicité sur ce que signifie la confiance dans le secteur humanitaire pour les femmes occupant des postes de direction, et sur la possibilité de la renforcer en garantissant la parité entre les hommes et les femmes et la représentation des populations que nous servons. Les progrès réalisés jusqu’à présent et ceux qui restent à accomplir pour soutenir le leadership des femmes au sein du Mouvement seront présentés. Au cours du débat, qui restera centré sur les expériences personnelles vécues de dirigeantes, les intervenantes et les participants auront la possibilité de faire part des bonnes pratiques mises en œuvre dans leur Société nationale.
    Chacun repartira de cette manifestation parallèle chargé d’idées et de bonnes pratiques, et motivé pour poursuivre les efforts qui ont été entrepris !
    Principaux organisateurs : Croix-Rouge australienne, Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge de Grenade, Croissant-Rouge des Maldives, Croissant-Rouge du Qatar, Croix-Rouge suédoise, Croix-Rouge autrichienne, Croissant-Rouge du Kazakhstan et Croix-Rouge de Côte d’Ivoire